mardi 6 juin 2017

Nouveau cas de pollution à Aiguefonde, dans le Tarn

Au début du mois de juin, le maire a reçu des analyses lui indiquant une "dégradation de la qualité bactériologique de l'eau" dans le réseau de distribution d'eau dont sa commune dépend. Afin de préserver la santé de ses habitants, il les a immédiatement mis en garde contre l'utilisation de cette eau polluée.

Alors que des distributions de bouteilles d'eau minérale sont prévues tous les matins en attendant un rétablissement de la situation, les habitants peuvent tout de même utiliser l'eau pour la cuisine, à condition de la porter à ébullition durant cinq minutes. Le maire rassure également sa commune sur le fait qu'il met tout en œuvre pour accélérer le retour d'une eau potable et ainsi lui redonner une qualité de vie meilleure.

samedi 20 mai 2017

Beugin et alentours : interdiction de consommer l'eau du robinet

Les pluies ont fait de nombreux dégâts en ce premier semestre 2017 en causant la pollution du réseau d'eau dans de nombreuses villes. C'est actuellement le cas pour les communes de Bajus, Beugin, La Comté et Magnicourt-en-Comté. Les intenses pluies survenues au cours du mois de mai ont causé un déversement de boue dans la station de pompage, contaminant par conséquent l'eau potable des habitants.

Odile Leclercq, maire de Beugin, a conseillé aux habitants de sa commune de ne pas consommer ni de laver les légumes avec l'eau en circulation. Véolia, qui prend en charge le réseau dans cette zone, a fait parvenir des packs d'eau minérale qui sont distribués par la maire elle-même tous les matin. De nouveaux résultats d'analyse sont prévus pour le début de la semaine suivante.

mercredi 29 mars 2017

La commune de Josse se mobilise pour améliorer la qualité de l'eau du robinet

Lorsque sont traités les cas de pollution de l'eau dans les médias, le schéma est souvent le même : un bref historique de la situation est présenté, une intervention de l'Agence Régionale de Santé est évoquée et il est généralement conclu que les habitants doivent aller chercher des bouteilles d'eau à la mairie, en attendant que la qualité de l'eau ne s'améliore.

Ici, la situation est différente puisque dans cette petite commune de 750 habitants, Josse, les habitants n'ont pas été mis en garde par l'ARS. En se renseignant d'eux-mêmes sur la qualité de l'eau dans leur commune, ils se sont rendu compte que le taux de pesticides était légèrement au-dessus de la norme préconisée par l'ARS.

Devant l'inaction de l'ARS, les habitants ont décidé de ne pas consommer l'eau du robinet et uniquement de l'eau en bouteille. Cette divergence de points de vue entre l'ARS et les parents crée cependant certains problèmes, notamment à la cantine. Alors que certains parents d'élèves donnent à leur enfant une bouteille d'eau pour la journée d'école, la mairie refuse, pour raisons sanitaires, de consommer des produits venant de l'extérieur. Impossible, donc, pour cet enfant, de boire sa bouteille d'eau. Il est donc contraint à boire un peu avant et un peu après la cantine, sa mère lui préconisant de ne pas boire l'eau du robinet servie à la cantine.

La commune se retrouve dans une véritable impasse entre une eau polluée d'un côté et une ARS qui n'agit pas de l'autre. Les Landes ne faiblissent pas et plusieurs associations ont récemment remis une pétition au préfet des Landes dans le but d'obtenir une eau de meilleure qualité que celle actuellement garnie de pesticides.

mardi 14 mars 2017

Pas d'eau potable pour les habitants de Cahors

Si les cas de pollution de l'eau sont parfois de courte durée, ce n'est malheureusement pas le cas à Cahors, où les habitants doivent désormais s'habituer à une situation très problématique. Depuis le 5 mars dernier, les habitants de cette commune d'Occitanie ne peuvent plus consommer d'eau du robinet, que ce soit pour la boisson, la préparation de repas ou le soin dentaire.

Chaque jour, une distribution de bouteilles d'eau minérale a été mise en place dans 7 lieux de la ville. Les distributions s'effectuent de 10h à 12h30 et de 16h30 à 19h. L'ARS devrait fournir un nouveau rapport plus encourageant sous peu, bien que les conditions météorologiques aient provoqués l'apparition d'un parasite.

vendredi 17 février 2017

L'eau impropre à la consommation dans quinze communes des Hauts Cantons

Mercredi 15 février, une série d'intempéries a eu lieu dans quinze communes des Hauts Cantons. Compte tenue de la fréquence de ces problèmes récemment, les populations des communes suivantes ont été sensibilisées : Rosis, Saint-Geniès de Varensal, Saint-Gervais-sur-Mare, Saint-Etienne d'Estrechoux, Graissessac, La-Tour-sur-Orb, Le Pradal, Autignac, Cabrerolles, Caussiniojouls, Faugères, Laurens, Magalas, Roquessels et Saint-Nazaire-de-Ladarez.

Les précautions données par le syndicat intercommunal de Mare et Libron concernent principalement les personnes ayant la santé la plus fragile comme les nouveaux-nés/jeunes enfants ou les personnes âgées.

Les mairies des villes concernées distribuent des bouteilles d'eau minérale en attendant que la situation évolue. Des stations de filtrage d'eau devraient être installées afin de prévenir d'éventuels futurs problèmes.

mardi 14 février 2017

Distribution d'eau en bouteille à Busserotte-et-Montenaille

A Busserotte-et-Montenaille, petit village de 31 habitants, l'ARS a réalisé il y a plus de trois semaines, une analyse de l'eau du village et y a détecté une quantité trop élevée de bentazone. L'eau est de ce fait impropre à la consommation.

Pour pallier à cette eau impropre, la mairie a organisé une donation, dans le bâtiment-même, de bouteilles d'eau minérales. Distribuées à mesure d'une par personne et par jour, elles permettront au petit village de tenir le coup en attendant une éventuelle dé-pollution de l'eau.C'est la troisième fois que ce genre de problème arrive dans la commune en treize ans.

lundi 16 janvier 2017

Des études d’associations pointent un problème de pollution dans l’eau du robinet

Les pesticides, les nitrates et bactéries contaminent l'eau du robinet relève UFC-Que-Choisir dans une étude réalisée sur l’ensemble des réseaux desservant les 36 000 communes du pays. Ce phénomène, présent principalement dans les zones rurales, touche ainsi 2,8 millions de personnes.

L’association avance plusieurs raisons telles que la pollution agricole et les infrastructures vétustes afin d’expliquer la situation. En parallèle, l’ONG Générations Futures s’alarme dans le 8ème volet des enquêtes EXPPERT de la présence de pesticides perturbateurs endocriniens dans l’eau du robinet, les eaux souterraines et les eaux de surfaces. L’ONG constate notamment que 73,3% des pesticides les plus quantifiés dans les eaux de surface sont des perturbateurs endocriniens. Quant à l’eau du robinet et les eaux de souterraines, ces substances représentent près de 50% des pesticides les plus présents.