dimanche 19 juin 2016

Inondations et pollution des eaux

Les inondations de mai / juin 2016 en France ont rendu l’eau du robinet de certaines régions impropres à la consommation. Bactéries, pollutions diverses et turbidité de l’eau courante sont ainsi venues ajouter encore à la détresse des habitants sinistrés, notamment dans la Marne, la Seine-et-Marne, le Cher, les Pyrénées Atlantique, l’Eure, la Meurthe-et-Moselle, l’Yonne, les Yvelines et les Vosges.

Plus de 700 communes classées en état de catastrophe naturelle
Parmi les 17 départements touchés par les inondations, 9 ont subi une pollution de l’eau du robinet. Pendant que l’eau montait rapidement et s’engouffrait dans les habitations, certaines communes ont vite interdit la consommation de l’eau du robinet, qui présentait alors un vrai risque sanitaire.

En Lorraine, dans la commune de Raon-aux-Bois, les habitants se sont notamment aperçus en purgeant les bouches à incendie, que l’eau était de couleur noire. En Champagne Ardennes, au sud d’Epernay, c’est l’usine de traitement d’eau potable qui a été inondée. Du côté de la Normandie, la commune de Gisors a également fait l’objet de restrictions, en raison de la turbidité de l’eau courante.

La distribution d’eau s’est rapidement organisée 
Dans les communes les plus touchées, les mairies ont rapidement mis en place des distributions de packs d’eau en bouteille, comme à Mancy dans la Marne, où 280 packs ont été distribués aux 278 habitants. Du côté de Fay-aux-Loges, dans le Loiret, c’est prêt de 16 000 bouteilles qui ont été distribuées. Des habitants ont bénévolement participé à ces distributions, allant parfois jusqu’à amener les bouteilles directement auprès des plus sinistrés.

Et maintenant ?
L’eau a doucement entamé sa décrue et les habitants ont parfois redécouvert leurs habitations avec désarroi. La solidarité s’est alors mise en place afin que chacun puisse retrouver son logement. Les usines de traitement de l’eau poursuivent leurs analyses et espèrent un retour à la normale dès que possible.